Esta sección la queremos dedicar a las noticias diarias, a los eventos que surgen día a día, a conmemoraciones, manifestaciones, actividades que surgen de un día para otro. Que sirva como lugar de concentración, de encuentro, de citas para que asociaciones de mujeres o personas individuales puedan publicitar aquí sus historias. Que las puedan contar y ser expandidas para el conocimiento y empoderamiento de todas nosotras. Queremos que este sea un territorio donde todas podamos enviar nuestros pensamientos, ideas, manifestaciones, citas... y puedan ser leídas y compartidas. Nuestra red de redes.

Noticia del Martes 12 de julio de 2011
Sécretariat Internationale
Noticia anterior

L'escalade de la misogynie

Noticia siguiente
Marche Mondiale des Femmes en Turquie L'escalade de la misogynie

Nos amies de la Marche Mondiale des Femmes [MMF] nous envoyer le information suivant et nous sommes heureux de le publier.

Les femmes de Maisons du Peuple, un groupe qui fait partie de la Marche Mondiale des Femmes en Turquie, ont préparé une lettre (ci-dessous et ci-joint) pour informer la communauté internationale au sujet des pratiques oppressives et misogynes récentes du gouvernement en Turquie. Une de leurs militantes - Dilshad - a été hospitalisé parce que son fémur a été brisé par la police après les manifestations tenues au début de juin.

S'il vous plaît, diffuser cette information parmi vos contacts.

En solidarité féministe (MMF]

_____________________________________________________________________________________________

Sur les traces de l'affaire Hopa : Le gouvernement turc sur la voie de la misogynie et de la discrimination envers les femmes.

Un combat contre les centrales hydroélectriques (CHE) est mené depuis longtemps à Hopa, Artvin, afin de protéger le sol, l'eau et les rivières. La population de Hopa a réagi contre les projets du gouvernement et le 31 mai, lors d’une réunion tenue à l’occasion des élections, les citoyens ont voulu protester contre le 1er ministre, Recep Tayyip Erdoğan, en manifestant pour demontrer leur propositions et leur reactions contre les hydroélectriques. Cependant, lors de ces manifestations la police a utilisé des doses trop importantes de gaz poivre, provoquant ainsi la mort de Metin Lokumcu, un enseignant à la retraite.

De nombreuses réactions et mouvements de protestations ont fait suite au décès de Lokumcu, tout d’abord à Ankara et Istanbul, et puis à travers tout le pays. La police a de nouveau utilisé des doses très importantes de gaz poivre et a arrêté beaucoup de gens à Ankara. Après les manifestations, des officiers de police en civil ont tendu des embuscades à une femme, membre du comité central exécutif des maisons populaires (People’s Houses) : Dilsat Aktas, et lui ont cassé le col du fémur. Les médecins lui ont prescrit un arret de travail pour un traitement de 6 mois. Pire, suite aux questions de journalistes à propos de cette agression, le Premier Ministre turc a répondu « Je l’ai vue à la télévision et me demande toujours s'il s'agit d'une femme ou d'une fillette », contribuant ainsi superbement à la misogynie et à la discrimination envers les femmes, et nous attaquant toutes personnellement avec Aktas. 

Le gouvernement turc légitime les abus, la violence, la torture et la marchandisation du corps de femmes.

Le gouvernement ne s’est pas arrêté là, et les attaques contre les manifestants ont continué de manière systématique et illimitée. Nos ami(e)s en garde à vue ont été traité de manière inhumaine. Les femmes en particulier ont été torturées à la fois physiquement et psychologiquement et ont subi des agressions verbales et physiques de la part des officiers de police.

Les femmes ont été visées directement par le gouvernement turc. Il n’y a eu aucune enquête officielles et ces événements ont été ignorés. Les criminels ont, au contraire, été blanchis et les crimes justifiés. Les exploiteurs et les tortionnaires ont pris cette histoire à cœur, et cela a tourné en une agression abjecte envers les femmes en lutte.

La discrimination à l'encontre des femmes et la misogynie ont été maintenues par le gouvernement lui même en Turquie. La violence envers les femmes a augmenté jour après jour. Et au moins 5 femmes sont tuées chaque jour. La violence envers les femmes a augmenté de 1400% durant la période du gouvernement AKP (Parti pour la Justice et le Développement, au pouvoir en Turquie pendant 9 ans). Et à la place de prendre des mesures, le Premier Ministre a continué sur la voie conservatrice, réactionnaire et sexiste. Il agresse journalistes, intellectuels, écrivains, anti-racistes, tous ceux qui sont contre lui. Il encourage la misogynie. Il vise toutes les femmes qui s'opposent à lui. Il affirme ;« Je ne crois pas en l'égalité des sexes », il dit aussi : « Le mariage et la maternité sont les seules alternatives pour les femmes » ; il annonce que : « Les femmes devraient avoir au moins trois enfants » et finalement que « Quiconque souhaite un quota électoral pour les femmes devrait se rendre au Rwanda ». Il ignore complètement les droits pour lesquels les femmes se battent depuis si longtemps.

Selon lui, le corps des femmes, leur travail et leur identité sont sans valeurs ; il accentue les inégalités hommes-femmes ; il voit les femmes comme des gens de seconde classe et des citoyens de seconde classe. Et malgré toutes les protestations, le Premier Ministre a annoncé que le « Ministère pour les femmes et la famille » serait remplacé par le «Ministère pour la famille et les politiques sociales », justifiant sa position en affirmant: « Nous sommes un parti conservateur et la famille est beaucoup plus importante pour nous ».

Le gouvernement, en détruisant toutes les conditions de vie humaines en Turquie, souhaite maintenir un système capitaliste basé sur le pillage et l'exploitation en faisant des femmes des esclaves soumis aux hommes, aux patrons et aux communautés réactionnaires.

Nous, en tant que femmes de l'opposition vivant en Turquie, nous lançons un appel à toutes les femmes du monde à unir leurs voix pour dénoncer les politiques misogynes du'AKP et du Premier Ministre turc Tayyip Erdoğan et contre la discrimination envers les femmes en Turquie!

Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous serons en marche!

Les femmes des Maisons Populaires!!

(Women from People's Houses)

Information: http://www.marchemondiale.org

revista la otra pagina © Laotrapagina.com | Queremos que este sea un lugar propio en el que todo aquello que tenga relación con la mujer pueda ser escrito y publicado, comentado y debatido; también criticado, con buenas prácticas.
Desarrollo web: Olivier Bertoncello Data Consulting
Miércoles 29 de marzo de 2017 - 09:22